lundi 1 août 2022

Journal de bord, page 59

Chaque matin c'est comme un rituel, je sors mon plumeau et je passe tout le bateau au crible pour chasser les nombreuses araignées qui égrènent comme des chapelets leurs toiles sur le moindre support, la trop grande douceur d'un hiver ensoleillé suivie d'un printemps à peine humidifié et elles prolifèrent, au port il y en a partout et elles sont suivies de près par les guêpes nombreuses qui nous envahissent dès que nous ouvrons les portes du bateau

Mais je crois que la pire saleté est en vérité cette petite mouche qui laisse des piqures douloureuses sur la peau, on les appelle les simulies, avec la chaleur elles pullulent silencieuses et sournoises, leurs piqures provoquent des démangeaisons désagréables et des érythèmes plus ou moins importants, j'en ai fait les frais grrrr

Photo trouvée sur internet, c'est elle la saleté

Notre vie à bord est rythmée par des petits travaux qui se déroulent doucement mais surement, mon compagnon a décidé de poncer intégralement le liège qui s'était grisé, le produit que nous avions passé pour le protéger n'a pas suffisamment imprégné le bois, il a fallu tout refaire

 

Nous avons repris le nettoyage du faisceau électrique et nous découvrons toujours des branchements hasardeux, au moins ça allège le bateau d'un certain poids ou d'un poids certain c'est selon

Avant et après

Un ami de mon compagnon est venu nous rendre visite, il adore la vie sur le bateau, son doux balancement, les clapotis de l'eau lorsque les remous viennent mourir sur la coque, il nous dit qu'il n'a jamais aussi bien dormi que depuis qu'il est sur l'eau, d'ailleurs il va s'acheter un petit bateau pour aller à la pêche et surtout s'installer définitivement en Bretagne d'ici 4 ans


Ici comme ailleurs il fait sec et chaud, tellement même qu'un soir nous avons vu de sinistres fumées apparaître derrière les arbres, on a surveillé du coin de l'oeil histoire de déplacer la voiture si d'aventure les flammes venaient à se rapprocher, les pompiers sont restés à pied d'oeuvre jusqu'au lendemain, paraît que les promoteurs immobiliers sont sur les dents et cherchent des terrains à récupérer à moindre coût, après la côte d'azur, la Bretagne !!! 


Courant d'air et barbecue, oui je sais, le touret est toujours là et l'électricité n'est pas finie, on va en venir à bout bientôt, ça avance de ce côté


En parlant d'électricité la lumière est enfin arrivée dans la cuisine et la cabine arrière 


D'ailleurs en parlant cuisine, la voilà ma belle petite cuisine que je ne vous avais pas encore dévoilée
Lorsque nous partirons en navigation tout sera bien rangé même les plantes


Pied de basilic, arbre de jade et plante grasse de Patagonie 


Dans mes tiroirs tout ce qu'il me faut pour cuisiner


Pour l'anecdote je vous montre aussi le bateau lorsque l'on s'attaque au faisceau électrique, c'est moins glamour n'est-ce pas


Cactée et lever de soleil sur la Vilaine


Hier dimanche, nous avons monté le gabarit de notre futur portique qui sera réalisé en inox poly miroir (brillant)


Il ressemblera un peu à celui du bateau voisin (photo ci-dessous) avec ses poulies et son arceau amovible qui permettra de monter et descendra l'annexe sans effort, dessus nous installerons 4 panneaux solaires distincts et deux autres seront montés sur des supports en appui des balcons arrières pour arriver à une puissance totale d'environ 1000 watts, à cela viendra s'ajouter une éolienne qui fournira de l'énergie grâce au vent et un panneau solaire amovible et souple en supplément, nous devrions ainsi être totalement autonomes

Le fait d'installer plusieurs panneaux indépendants permet d'assurer une puissance suffisante en cas de panne


Pour terminer, voilà l'image de l'écluse de vendredi dernier où les bateaux s'entassaient avant leur passage, même les navettes jaunes avaient des soucis pour accéder à leur ponton
Pour préserver l'eau quelques éclusages ont été supprimés d'où l'incroyable foule de voiliers, c'était vraiment la foire d'empoigne car tout le monde voulait passer en même temps, si certains sont respectueux des règles d'autres par contre s'en fichent royalement et font ce qu'ils veulent c'est le cas des navigateurs anglais qui en plus font semblant de ne pas comprendre le français 


C'était la grosse bousculade et le pire c'est qu'il y aura beaucoup moins d'écluses en août et sans doute encore beaucoup de prises de bec entre navigateurs, il ne fait pas bon sortir en ce moment je vous le garantis


Avec mon compagnon nous resterons amarré tranquillement jusqu'à ce que le plus gros de la foule soit partie, en gros jusqu'au 20 août c'est seulement à ce moment là que nous commencerons à naviguer un peu sur la vilaine et qu'ensuite nous prendrons l'écluse pour la haute mer

mardi 26 juillet 2022

Livre de bord, page 58

Il y a quelques jours nous sommes allés récupérer chez un couple d'amis des toiles d'ombrage pour le bateau, il a fait tellement chaud qu'il fallait absolument trouver une solution pour nous protéger du fort ensoleillement et des chaleurs de fou qui ont envahi la Bretagne, heureusement, la Vilaine nous apporte de l'air grâce aux thermiques qui s'invitent au fil des heures, nous sommes tout de même montés à 43°

Chaque soir nous profitons de notre cockpit en regardant les couleurs du couchant et chaque jour il faut aussi penser à aller appuyer sur le bouton pour remettre l'électricité en route, elle se coupe par cycle de 12 ou 24 heures selon si l'on a appuyé une ou deux fois sur le bouton de la borne

Nous avons ressorti toute l'électronique des cartons et nous avons repris l'amélioration de tout le réseau électrique

 

Dans le bateau tout pourrait sembler simple et accessible hors ça n'est pas du tout le cas et parfois pour retrouver où passe un seul fil ça peut prendre une heure, une fois qu'il est repéré souvent c'est pour s'apercevoir qu'il ne va nulle part ou qu'il est coupé et n'a donc aucune utilité

Dans le puisard l'eau stagnante s'infiltre dans les gaines, avec l'humidité et le temps les amas poisseux et puants se collent aux câbles, pour les sortir c'est du sport et ça n'est pas agréable, nous en avons rempli un sac de 100 litres et il en reste encore beaucoup à dégager

 

Nouveau tableau, les instruments sont en place


La girouette n'indique pas la vitesse du vent,  nous avons testé les branchements, vérifié ladite girouette mais rien à faire, il faudra sans doute la changer tout comme le micro de la VHF..  ce qui nous inquiétait le plus c'était le sondeur car sans lui impossible de naviguer et nous ne pouvions pas le tester hors de l'eau...  il était opérationnel heureusement


Mon jardin suspendu se porte bien et mes plantes sont désormais bien installées, il y a ce qu'il faut de lumière et d'humidité, je la contrôle tous les deux jours, elles émettent de nouvelles pousses et j'espère des floraisons à l'automne


Tous les jours depuis notre arrivée au ponton on se répétait qu'il fallait aller à la capitainerie pour demander un changement d'emplacement parce que nous étions beaucoup trop collé au voilier amarré à côté du nôtre, il était dans un état pitoyable, 5 chiens sur un bateau d'environ 10 mètres qui plus est pas nettoyé je vous laisse imaginer les odeurs surtout par fortes températures, il y a quelques jours mon compagnon me dit "tout à l'heure j'y vais parce que ça ne peut plus durer ainsi, le bateau est trop serré, on ne bouge pas d'un centimètre"

La gentille demoiselle nous a indiqué qu'effectivement pour eux le bateau ne mesurait dans sa largeur que 4m10 au lieu des 4m22, m'étonnes pas que nous étions serrés, il a le ventre large notre compagnon, on ne sait pas pourquoi ils avaient des mesures erronées !!!

Nous avons eu un accès à une place plus loin, nous y serions mieux, ça serait un peu plus agité mais qu'importe ça nous permettrait de prendre l'écluse plus facilement le moment venu... après quelques courses à la petite supérette nous avons pris la décision de quitter notre place initiale et de faire les manoeuvres dès notre retour, il faudrait bien commencer un jour de toute façon alors autant se lancer, un rangement sommaire, les préparatifs expédiés en quelques minutes et les amarres étaient enfin larguées, nous étions confiant, il y avait peu de vent, juste ce qu'il fallait de courant, cette fois c'est mon compagnon qui s'est mis à la barre, il ressentait tout ce qui m'avait habité la première fois et je comprenais son émotion



Quelques minutes plus tard nous étions enfin amarré à notre nouvelle place Niué sécurisé par l'amarre de garde et les trois autres points de fixation, il aurait suffisamment d'espace pour bouger avec le courant sans être compressé, la Vilaine est traitre et réputée pour bien porter son nom, c'est ainsi que quelques jours plus tard nous nous sommes rendu compte que le bateau s'éloignait un peu plus du ponton à cause de l'amarre arrière qui était mal fixée, pour l'histoire les anciens propriétaires nous ont laissé des amarres de mauvaise qualité et trop grosses pour notre bateau, nous les changerons dans les semaines à venir


Quelques images prises au hasard





Nous avons prévu de commencer à naviguer prochainement car il nous faut terminer quelques travaux d'aménagement, faire du rangement dans notre outillage et terminer l'électricité, il faut aussi remettre les voiles à poste, se mettre en conformité avec la législation maritime 

samedi 16 juillet 2022

Livre de bord, page 57

 La nuit est douce et tranquille et le jour se lève à peine

Dernière nuit au chantier 


De légers coups m'ont sortie d'un sommeil profond, je ne sais pas si c'est la drisse qui se trouve en haut du mât mais comme la grand voile n'est pas encore en place, l'écoute est lâche ça tape même lorsqu'il y a un léger vent, ça semblait pourtant un peu plus lointain

En fait c'était bien la drisse de grand voile, tant que nous ne l'aurons pas remise à poste elle continuera à claquer, on fera avec encore quelques jours, plus rien ne presse désormais

Comme un air de Garrigues

La remise a l'eau s'est faite dans les meilleures conditions possible, grand soleil, léger vent, niveau de stress normal sans plus, nous étions juste pressés d'en terminer avec le chantier, nous n'en pouvions plus et franchement c'était de plus en plus difficile, mon compagnon était à fleur de peau et moi j'étais crevée de ne plus en voir le bout, maintenant nous pouvons dire que ce bateau c'était un vrai sacerdoce, il fallait vraiment aller chercher au fond de nous le courage de continuer, d'avancer, d'en terminer

La semaine précédent ladite remise à l'eau a été particulièrement soutenue, nous avions encore beaucoup de choses à terminer et deux jours avant nous étions la tête dans le guidon pour refixer les accastillages, ranger tout ce qui pouvait l'être mais on s'est quand même dit que ça serait bien à l'avenir de ne plus se prendre la tête à réfléchir et à penser à une multitude de choses, comme dirait l'autre ça viendra comme ça viendra, de toute façon c'est toujours à ce moment là que l'on se rend compte qu'un truc qui prendrait 5 minutes en prend le double et que ces petites choses qui ne devaient pas se multiplier ne font que s'additionner au bout du compte, on a réussi à faire dans les temps ce qui devait l'être, le reste attendrait que nous soyons sur l'eau

J'avais expressément demandé à Sébastien d'être présent pour la remise à l'eau, c'est l'un des gars qui assure la manutention des engins, c'est lui qui avait démâté le bateau en octobre dernier et franchement il est vraiment adorable et nous savions qu'avec lui tout se passerait bien


Il y avait du monde pour ce grand jour et c'était vraiment un moment unique, fort, exceptionnel

La grue est arrivée puis les sangles ont enserré notre voilier, doucement il s'est soulevé, d'abord quelques centimètres pour que mon compagnon puisse passer l'anti fouling sur le bas de la quille, un endroit inaccessible lorsque le bateau est posé sur ses bers, puis notre voilier s'est soulevé un peu plus comme en lévitation et ce fut un moment fort, vraiment très fort, les larmes nous sont montées aux yeux, nous étions tellement émus

Pendant que je filmais l'avant de la grue mon compagnon filmait l'arrière, halala ça nous a donné tellement d'émotions tout ça

J'avais passé quelques heures pour faire les réglages de la go-pro et vérifier son fonctionnement, elle était chargée, prête à l'emploi, j'ai installé avec des serflex la canne télescopique sur un support à l'arrière du bateau pour qu'elle ne bouge pas et le moment venu j'ai bien entendu le bip de déclenchement sauf que rien ne s'est enregistré, ça m'a passablement agacée cette histoire parce que je voulais filmer toute la manutention et le retour à l'eau du bateau, son trajet jusqu'au ponton

Même pour la filmographie c'était la cata... et puis en voulant aller faire du vide sur la carte sd j'ai pu voir qu'en fait nous avions bien des images, c'est simplement que les enregistrements ne durent que 15 mn et qu'ils se reproduisent par tranches, tout compte fait tout s'était bien enregistré, c'est juste que le support pour le visionnage n'était pas forcément adéquat 

Pour la remise à l'eau j'étais confiante et sereine, j'avais Stéphane et Fred pour me guider, Valérie était partie au ponton pour assurer le bateau à son arrivée, Jean Louis était à l'avant du bateau pour vérifier que tout allait bien, tout était parfait, nous avions un peu de vent et de courant mais rien qui ne puisse contrarier notre navigation jusqu'au catway qui nous était attribué, j'ai ainsi pu réaliser ma manoeuvre sans stress et dans les meilleures conditions possibles

Le soir nous nous sommes installés dans le cockpit pour profiter d'un soleil couchant magnifique et d'un joli feu d'artifice, étrangement c'était la première fois qu'il y en avait un ici, à croire qu'il était pour nous comme pour nous féliciter de tout ce que nous avions accompli

Nous allons nous poser quelques jours afin de reprendre un rythme de vie normal, dormir, profiter, se reposer, faire les quelques menus travaux tranquillement, doucement, la relaxation sera notre mot clé

jeudi 7 juillet 2022

Livre de bord, page 56

Je commencerais cet article en vous dévoilant notre voilier fraichement nommé, poncé, polishé, une petite merveille


On ne peut s'empêcher de faire un léger retour en arrière, juste quelques photos 


 

Nous avons travaillé d'arrache pied ces dernières semaines sans lâcher un seul moment (ou presque) les tâches à réaliser... on s'est tout de même accordé quelques siestes réparatrices, juste ce qu'il faut pour se reposer un petit peu avant de repartir de plus belle

Vannes et passe-coques sont partis à la poubelle vu leur état déplorable, on se demande comment tout n'a pas lâché



Niué est désormais pleinement un voilier avec son nom et sa marque (déposée rires)
Vendredi nous posons l'anti-fouling



Les derniers gros travaux nécessitaient que l'on mette en marche le moteur afin de vérifier que tout était bien à sa place et qu'il n'y avait pas de fuite
Ecoutez un peu ce son merveilleux, ce teuf, teuf du feu de dieu


Que l'on s'occupe aussi de débarrasser toute la cabine arrière gauche de son bazar pour démonter vaigrages et fils électriques inutiles, on pourrait presque ouvrir une boutique de câblage tant ils sont nombreux à courir inutilement dans le bateau mais je ne suis pas certaine que l'on en tirerait bénéfice vu leur aspect, pouah


Une journée entière à dégager la mousse et la colle, ça en fait de la suie, il faut brosser partout pour ensuite aspirer et nettoyer

C'est tout frais, maintenant faut laisser sécher


La projection de liège s'avère toujours aussi compliquée mais au moins c'est terminé, nous n'aurons plus à y revenir dans les mois (années) qui viennent
L'aspect est joli, neutre, naturel, on aime

 

Reste à reposer les vaigrages, dans la cabine de droite les vaigrages ont été repeint il y a plusieurs semaines et j'ajouterais des décos au fil du temps,  le petit meuble à droite occupé par son lavabo sera modifié, nous y ajouterons des étagères et des boites de stockages, des rideaux viendront habiller l'ensemble et de nouvelles étagères viendront s'ajouter dans le prolongement du matelas, la cabine de gauche étant destinée à devenir notre zone technique elle conservera son aspect bois, une fois à l'eau nous nous occuperons d'installer étagères, luminaire et prise de courant

L'un de mes cactus s'est dit qu'il allait nous offrir un beau soleil agrémenté de son parfum de rêve, il est craquant le pitchoune


Ce samedi en fin d'après-midi nous retournons à l'eau, nous serons sans doute stressés mais surtout très heureux, je vais tester l'utilisation de la Go pro qui devrait dans le futur me permettre d'explorer d'autres modes d'imagerie, j'espère pouvoir sortir un court métrage dans les jours à venir